Le Caftan: une tradition à l’épreuve du temps

Le caftan est une longue et ample tunique sans col, à manches longues. Entièrement ouverte sur le devant, il est garni d’une ganse (cordonnet) de soie tressée (sfifa), fermée d’une rangée de boutons (âakad) et de ses brides (âayoun). Le caftan est généralement orné de broderies au fil d’or ou d’argent, de pierreries ou de passementerie, ornant le plastron, les épaules et le bas des manches.

Le caftan nous vient de Perse et aurait été introduit en Andalousie arabe au IXième siècle. Zyriad, artiste venant de Bagdad sous la demande de l’émir Abd al Rahman II (822-852), fit découvrir à ce dernier le raffinement de l’Orient musulman tant au niveau musical, culinaire que vestimentaire. Progressivement, les anciennes nations productrices de caftans les ont délaissés, tandis qu’ils perdurent au Maroc où ils prirent leur expression la plus aboutie.

Au fil des siècles, le caftan est devenu un composant du patrimoine vestimentaire marocain pour finir par toucher le coeur du monde occidental. Dès les années 1960, Yves Saint Laurent fut le premier couturier occidental à présenter des tenues marocaines auxquelles il ajouta sa griffe. Par la suite, le caftan a inspiré d’autres créateurs bien connus comme Kenzo, Jean Paul Gaultier, Christian Lacroix.

Aujourd’hui, cet apparat traditionnel s’est fait une place dans le monde moderne. Les stylistes ont su préserver cet art ancestral tout en le revisitant, l’actualisant, répondant aux standards de la haute couture. Les coupes, les tissus et broderies se sont diversifiés, enrichis, ont pris du volume, tout en préservant les savoir-faire ancestraux que sont le tissage, la broderie et le travail de passementerie. Le caftan est devenu moins ample flirtant avec la robe du soir. Les tissus épousent le corps, sublimant sa grâce. La broderie fine et richement travaillée en est devenu un élément incontournable. En d’autres termes, le caftan a de beaux jours devant lui.

Advertisements