Khôl : quand le regard se veut ébène

Le khôl est une poudre minérale d’origine orientale, utilisée pour se maquiller et/ou soigner les yeux. Les Égyptiens l’utilisaient comme collyre face aux infections oculaires (conjonctivites, irritations et rougeurs de l’oeil), mais aussi pour se protéger du vent sablonneux du désert. Son côté esthétique a également conquis le coeur des pharaons et de leurs sujets qui l’utilisaient pour se maquiller (homme comme femme).

Au fil des siècles, son utilisation a été maintenue par les Arabes et Berbères. Et pour cause, le khôl n’a pas son pareil pour sublimer le regard. Parce qu’il est d’un noir intense inégalable et de longue tenue, le khôl a toujours eu sa place dans ma salle de bain. Et je crois que ce n’est pas de si tôt qu’un crayon noir viendra le remplacer.

Et dans tout ça comment l’appliquer ?

Traditionnellement, on l’applique sur le bord interne de la paupière. Pour cela, on utilise un bâtonnet (appelé mirwed) que l’on enduit de khôl. Et c’est là que les choses se corsent 😀 : on fait un mouvement de va et vient avec le bâtonnet, et ça les paupières jointes!

Bon ok, pour les moins adroites, on peut négocier et l’appliquer les paupières ouvertes. Mais attention, c’est prendre le risque qu’un peu de poudre se dépose en dessous de oeil. Et là, c’est le drame !! Mais pas de panique deux solutions :

  • déposez généreusement de la poudre libre sous l’oeil avant toute application de khôl. Après application, il suffit d’épousseter la poudre avec un pinceau ;
  • ou, munissez d’une huile démaquillante et effacez moi cette vilaine bavure.
Advertisements